1-4 septembre 2021 - Inscription ouverte !

 

Jan 21
2020

Courir dans la nuit : Les aventures de l’ultramarathon en Europe

Lizzy Hawker

L’un de nos anciens concurrents de l’UTMR, David Byrne, vient de publier un livre sur la course d’ultra qui contient un chapitre sur l’édition zéro de la course par étapes de l’UTMR en 2015. Il déclare : “Pour moi, l’édition 2015 a été formidable car elle m’a permis de voir un nouveau lieu et de me dépasser, ce qui m’a donné la confiance nécessaire pour faire beaucoup plus de choses. Mon livre est écrit du point de vue d’un “Joe moyen” qui se situe entre le milieu et l’arrière du peloton mais qui réussit quand même à participer à des ultras et à s’amuser. L’UTMR m’a ouvert bien plus que cela, car il m’a donné la confiance nécessaire pour participer à de grands événements. En outre, il a également ouvert cette partie du monde au ski et à l’alpinisme et j’y suis retourné plusieurs fois depuis”.

Voici un exemple de paragraphe :

“Le parcours aujourd’hui était une montée massive, une traversée jusqu’à Saas-Fee puis un chemin très aéré et exposé jusqu’au bout. Nous avons quitté le logement vers 05h00 et avons marché jusqu’à la ligne de départ. Ici, nous avons eu le briefing habituel et nous sommes partis. Macugnaga (1307m) est niché dans une vallée profonde et notre premier travail a été de grimper très abruptement jusqu’au Moropass (2853m). Le sentier, en grande partie en zigzag, passait sous une télécabine et était loin d’être facile car il n’était pas très fréquenté. Alors que nous étions de plus en plus haut, des vues incroyables du Mont Rose sont apparues et beaucoup se sont arrêtés pour prendre des photos. Ayant fait beaucoup d’entraînement en montagne, je savais que c’était là que je pouvais gagner du terrain, alors j’ai continué et je suis arrivé en haut dans une position raisonnable. Le dernier passage se fait sur d’énormes blocs de pierre, avec quelques chaînes et agrafes en fer, et du côté nord se trouvait un autre monde avec le réservoir Mattmark niché en dessous. Le sentier qui descend vers le réservoir (2224 m) est très praticable, tout comme celui qui le longe, mais mes jambes étant fatiguées, il se transforme en une marche rapide pour moi, alors que d’autres coureurs me dépassent.

Le barrage de Mattmark est le plus grand barrage en terre d’Europe et, comparé à un barrage en béton, il semble très large à sa base. Nous avons dépassé ce délai de près de 50 ans au jour d’une grande tragédie qui s’est produite ici, où 88 personnes ont perdu la vie. Le 30 août 1965, deux millions de mètres cubes de glace et de débris se sont détachés du glacier de l’Allalin et ont englouti le site de construction, tuant de nombreux ouvriers en dessous”.

en parcourant le carnet de nuitSi vous souhaitez en savoir plus sur l’histoire de David, voici un lien vers le livre : https://www.amazon.co.uk/dp/1672620562?ref_=pe_3052080_397514860