1-4 septembre 2021 - Inscription ouverte !

 

Feb 08
2020

Roman Evarts sur son expérience de l’UTMR en 2019

UTMR Admin

L’athlète d’élite Roman Evarts, 6ème place à l’UTMB 2018, donne un aperçu de son expérience à l’Ultra Tour Monte Rosa 2019. Il est heureux de revenir pour la course de 2020. Bonne chance Roman !

Vous pouvez le retrouver sur Facebook à l’adresse https://www.facebook.com/romans.evarts & ; suivez ses résultats sur sa page ITRA.

Des choix, des choix…

La fin de l’été pour de nombreux amateurs de course d’ultra-trail est le moment de lacer les chaussures pour une course longue et épique. Pas de doute, la fin du mois d’août ou le début du mois de septembre est la meilleure période pour entreprendre des parcours montagneux de 100 miles. Il ne fait plus chaud et il y a tout le temps pendant les mois d’été pour faire de longues et amusantes descentes en montagne afin de se préparer pour une grande journée.

Beaucoup d’entre vous visent UTMB et cela vaut vraiment la peine d’essayer. C’est une expérience très agréable pour ceux qui s’attaquent à leurs 100 premiers milers. Les pistes ne sont pas très techniques ; il y a beaucoup de points de contrôle avec une riche sélection de nourriture et même des possibilités de dormir au milieu de la distance. Mais ce qu’il y a de mieux à l’UTMB, c’est la présence d’une poignée de coureurs qui peuvent vous donner un coup de fouet et vous remonter le moral dans les moments difficiles. Ou vous tuer à leur rythme – oui. Faites preuve d’intelligence lorsque vous cherchez des amis sur les sentiers !

J’ai fait l’UTMB deux fois. La première fois que j’y suis allé, je n’avais pas beaucoup d’attentes, pas beaucoup d’entraînement et pendant la majeure partie de la course, j’ai apprécié la compagnie des francophones sans savoir de quoi ils parlaient. En terminant la 35e, je me suis rendu compte que je dois faire plus de 6 semaines de formation au préalable et peut-être apprendre un peu de français. Ma deuxième tentative en 2018 s’est mieux passée et j’ai terminé 6e. C’est fini, plus d’UTMB pour moi, car j’ai exploré les mêmes pistes deux fois et j’ai participé au côté compétitif de l’événement également. Il est temps de passer à autre chose !

L’UTMR est devenu mon choix pour 2019 car il répondait à tous les critères que j’avais fixés pour un 100 milers :

  • Pas pendant les chauds mois d’été (je déteste courir sous la chaleur)
  • Dans les Alpes (le meilleur endroit pour moi)
  • Technique (trébucher et trébucher est la solution)
  • Forte (j’aime la marche en puissance)
  • Cours de circumnavigation (j’aime faire des rondes)
  • Facilité d’inscription (je ne supporte pas de devoir décider de l’inscription 6 mois à l’avance ou de planifier des qualifications)

 

Tout semblait parfait et le fait que la directrice de course Lizzy Hawker affirme que le parcours est plus exigeant que celui de l’UTMB sonnait encore mieux.

La course de l’UTMR 2019

Grächen, un petit village suisse situé au-dessus de la vallée menant à Zermatt et au légendaire Cervin, est le point de départ de l’UTMR.

Les coureurs font la queue dans le bâtiment de la communauté locale pour obtenir des dossards et passer le contrôle de l’équipement. Cette course n’a pas le battage publicitaire excessif de l’UTMB et la plupart des gens sont super détendus et très amicaux : ils sont là pour s’amuser plutôt que de battre la merde des autres afin d’obtenir une reconnaissance et l’attention de sponsors potentiels. J’ai eu mon numéro “69” et j’étais prêt à aller manger et dormir avant un départ à 4 heures du matin.

Après une bonne nuit de sommeil, moi et quelques centaines d’autres enthousiastes sommes prêts à trouver leur chemin autour du Monte Rosa. La course nous mènera en Italie et en Suisse en contournant la boucle de randonnée autour de l’un des plus grands ensembles de sommets des Alpes. La cloche sonne et c’est parti. Je mène la course avec quelques autres gars, dont Brit Damian Hall, qui a terminé quelques minutes avant moi l’année précédente à l’UTMB et il est certainement l’un des plus forts prétendants ici. Nous sommes à 15 km et il y a une première grande montée. Je suis en train de mourir – mes jambes sont inutiles et ne veulent pas monter une colline raide. Tous les autres poussent fort et me laissent seul dans l’obscurité. En me battant pour monter, j’ai atteint le sommet quand les premiers rayons de soleil ont commencé à percer – mais attendez une minute – où est le soleil ? Toute la vallée a été couverte de nuages noirs et épais et un front météorologique s’approchait très rapidement. J’ai eu quelques gouttes de pluie et quelques flocons de neige dans l’heure qui a suivi. Au moins, ce n’est pas chaud.

L’étape suivante consistait en une piste technique roulante traversant le flanc de la montagne sur environ 20 km. Le plaisir de courir sur un terrain technique m’a remis dans l’ambiance de la course et j’étais excité. Peut-être surexcité. J’ai trébuché sur une grosse pierre et j’ai atterri sur le genou. Le genou était mal en point avant la course – gonflé et plein de liquide – je l’avais cassé deux semaines auparavant. Eh bien, ma routine de course m’emmenait toujours sur le genre de terrain où il est essentiel de savoir trébucher. J’ai pris le temps de pleurer un peu et de réévaluer la situation. Le genou était encore enflé et a été amélioré par une blessure sanglante. Essayer de continuer était une bonne décision, car la blessure n’était pas si grave et après avoir boité quelques centaines de pas, j’étais de nouveau en forme pour faire du jogging. Après avoir couru sur le plus long pont suspendu du monde, j’ai oublié mon mauvais genou.

40 km plus loin, je me suis approché de Zermatt. Mon équipe de soutien était là avec toutes les délicieuses friandises et les adieux, car Zermatt était le seul endroit où nous avons réussi à organiser le transport.

La tournée de Monte Rosa est délicate en termes de logistique et je recommande vivement d’envoyer toute la nourriture/équipement nécessaire avec les sacs de dépôt aux km 82, 102, 128. Même si vous avez une équipe de soutien avec une voiture, il se peut qu’elle n’arrive pas à temps pour vous rencontrer aux points de contrôle.

Zermatt est une destination de vacances et est surtout célèbre pour sa vue imprenable sur le Cervin, un pic épique situé à l’arrière-plan du village. Si le ciel est dégagé, vous pouvez le voir de partout dans la vallée. Pendant notre course, la météo n’était pas très bonne et je suppose que personne n’a vu le Cervin ce jour-là. Même la course jusqu’à 3300m ne nous a pas permis d’apercevoir la montagne. Cette montée particulière de Zermatt à Teodulo, (la cabane à la frontière entre la Suisse et l’Italie) était raide et avec un glacier dessus. Nous avons enfilé nos micro-piques et avons passé une bonne quarantaine de minutes à remonter le glacier pour discuter avec un autre coureur, Jason, qui m’a rattrapé en chemin.

coureurs traversant le glacier Theodul, Tour du Mont Rose

La traversée des glaciers !

L’Italie nous a accueillis avec un rayon de soleil timide et quelques vues épiques sur la vallée. Nous avons couru sur les pistes de ski de Cervinia et j’ai ressenti un regain de motivation après avoir mangé quelques crêpes au prochain point de contrôle. Je me suis réjoui de mon retour à la course et j’ai pensé qu’il était peut-être temps de mettre un peu de pression sur le peloton avant. Je me sentais vraiment bien pour les 30 km suivants et même la pluie ne m’a pas démotivé.

Quand je suis arrivé au poste de contrôle de Gressoney (km 82), j’ai vu Damian, qui se promenait en pyjama. C’est vrai, je me suis dit qu’en tant que vrai Britannique, il a probablement eu peur du mauvais temps et a décidé de se retirer. Il s’est avéré que les officiels de la course avaient pris la décision d’arrêter la course en s’attendant à des tempêtes de neige lors des prochaines étapes de la course.

Ok, et ensuite ? Oui ! La première chose que tout coureur devrait faire est de prétendre qu’il est très triste de cette décision : “La course n’a commencé que pour moi et je gardais l’énergie pour la dernière partie de la course”. C’est vrai. Tout le monde était content de finir. 82 km, c’est une bonne partie de course et personnellement, j’étais très heureux de finir la course et de recevoir ma dose hebdomadaire de Nutella en une seule fois. Tous les participants ont passé un bon moment ensemble en attendant le transfert de retour aux Grächen ; ils ont encouragé les nouveaux arrivants, se sont fait de nouveaux amis et ont dégusté de délicieux plats. J’ai aimé cette période plus que le temps passé debout. Ok, je ne suis probablement pas un vrai coureur.

Un 100 miler est un engagement important et la plupart d’entre nous passent des mois et des mois à se mettre en forme pour atteindre cet objectif spécifique. Il est normal d’être triste de la décision de quelqu’un d’arrêter la course alors que tout ce que vous voulez, c’est être là, à faire de votre mieux. Malheureusement, les montagnes ne sont pas la mafia italienne à laquelle vous pouvez faire face en utilisant vos compétences en matière de communication, vos relations ou votre argent. Les montagnes vont vous tuer même si les organisateurs de la course ont tout l’argent du monde ou peuvent effectuer des rituels météorologiques étranges impliquant des chamans et des pandas sibériens. (Tous les rituels avec les pandas fonctionnent toujours). Un bon appel pour arrêter l’UTMR 2019 !

Vous n’allez certainement pas vous faire défoncer par des milliers d’étrangers à la ligne d’arrivée comme à l’UTMB. Mais vous allez probablement vous faire de nouveaux amis, car l’ambiance de l’événement est très amicale et très détendue, avec beaucoup de temps et d’occasions de parler aux autres coureurs qui participeront au défi.

Mais il faut s’entraîner. L’UTMR est difficile et plus technique que l’UTMB. Vous ne pouvez pas descendre les pentes ici les yeux fermés – c’est certain.

Vous n’avez pas à vous soucier des points de qualification et des résultats des scrutins. La course est encore à quelques années d’être surpeuplée et les dossards sont facilement disponibles.

Vous pouvez choisir quelques autres options en plus des 100 miles pour explorer les sentiers et la région :

Courir 100 miles en 4 étapes comme une course de plusieurs jours

Course de 100 km, partie du parcours du “tour complet”

Course de 23 km, idéal pour les membres de l’équipe de soutien après l’événement principal

Les gagnants de 2019 !

Conseil : Vous doit prendre le kit obligatoire et envisager de prendre en plus le kit recommandé suggéré par les organisateurs. La deuxième partie se déroule dans des montagnes froides, sombres et grandes et une couche supplémentaire de chaleur peut sauver votre motivation et peut-être la vie.

Vous n’avez pas à vous soucier des micro piques, si elles sont nécessaires (selon les conditions du glacier), les organisateurs les louent pour un petit prix avant la course.

Pour toutes les raisons que j’ai mentionnées ci-dessus, et surtout parce que j’aime faire des tournées et des affaires non terminées, je vais y retourner en 2020. J’espère que le temps s’améliorera et que la vue sur le Cervin s’améliorera cette fois-ci ! J’espère vous y voir !